Religion et spiritisme

Religion et spiritisme

Les religions :




1. En fonction des cultures et du lieu où nous nous trouvons, nous remarquons une diversité dans les croyances. Parmi elles, nous pouvons citer les principales religions monothéistes traditionnelles, l’islamisme, le catholicisme, le judaïsme, etc.

Bien qu’elles ne fussent pas rédigées par Dieu, mais par l’homme, elles furent écrites pour l’accompagner tout au long de son histoire : « […] au milieu même des erreurs qu’ils ont enseignées, il se trouve souvent de grandes vérités ». (Allan Kardec, Le Livre des Esprits, livre troisième, chapitre premier, question 623).

Elles ont le pouvoir de rappeler à l’homme qu’il fait partie de la création. Leurs dogmes soulignent les lignes de conduite et la façon dont nous devons avancer dans la vie. Les cultes et les rituels avec leur caractère organisé obéissent à certaines règles. Ils sont pour le croyant, les moyens physiques et matériels de renouveler sa foi, de manifester son appartenance à une communauté religieuse et d’adorer Dieu : « […]

si elle n’est pas un vain simulacre. Il est toujours utile de donner un bon exemple ; mais ceux qui ne le font que par affectation et amour-propre, et dont la conduite dément leur piété apparente, donnent un exemple plus mauvais que bon, et font plus de mal qu’ils ne pensent. » (Allan Kardec, Le Livre des Esprits, question 653.)

« Dieu a-t-il donné à certains hommes la mission de révéler sa loi ? Oui, certainement ; dans tous les temps, des hommes ont reçu cette mission » (Allan Kardec, Le Livre des Esprits, question 622).



Moïse:




2. Prenons Moïse. Il fut le premier prophète du judaïsme envoyé par Dieu pour enseigner au peuple hébreu, l’importance d’une croyance en une seule divinité et annoncer l’arrivée de Jésus. Il rédigea, les cinq premiers livres de la bible hébraïque à savoir, « le Pentateuque » que l’on retrouve dans l’Ancien Testament. Il s’agit de la loi mosaïque dans laquelle nous pouvons distinguer deux parties :



·         La loi de Dieu promulguée à Moïse sur le mont Sinaï : « Les dix commandements », celle-ci est invariable. (Allan Kardec, L’Évangile selon le Spiritisme, chapitre 1.)



·         La loi ou la religion de Moïse est un enseignement moral qu’il a écrit. Pour donner autorité à ces lois, il leur attribua une origine divine. À cette époque, elles s’adressaient et étaient adaptées à l’état d’avancement moral et spirituel d’un peuple barbare, turbulent et indiscipliné, qui n’aurait pas compris que l’on pouvait adorer Dieu, autrement que par des holocaustes et la crainte. La sagesse et les valeurs humaines n’étaient pas suffisamment développées pour adhérer à un enseignement complètement spirituel. « […] La morale enseignée par Moïse était appropriée à l'état d'avancement dans lequel se trouvaient les peuples qu'elle était appelée à régénérer, et ces peuples, à demi sauvages quant au perfectionnement de leur âme, n'auraient pas compris qu'on pût adorer Dieu autrement que par des holocaustes, ni qu'il fallût faire grâce à un ennemi. Leur intelligence, remarquable au point de vue de la matière, et même sous celui des arts et des sciences, était très arriérée en moralité, et ne se serait pas convertie sous l'empire d'une religion entièrement spirituelle ; il leur fallait une représentation semi-matérielle, telle que l'offrait alors la religion
hébraïque. C'est ainsi que les holocaustes parlaient à leurs sens, pendant que l'idée de Dieu parlait à leur esprit. » Allan Kardec, L'évangile selon le Spiritisme - chapitre 1 - page 31.



3. Notons également, l’origine latine du mot – religare, signifie se relier, car si aucune religion n’a été écrite par Dieu, elles sont un moyen pour l’homme de se connecter à lui et ainsi de procurer à son esprit, un sentiment de paix et de sécurité. « […] Tous les êtres humains sont frères et enfants de Dieu ; il appelle à lui tous ceux qui suivent ses lois, quelle que soit la forme sous laquelle ils les expriment […] ». (Allan Kardec, Le Livre des Esprits, question 654).

Dieu dans toute sa sagesse et sa bonté, n’a pas abandonné l’homme. Il sait combien il est fragile et souvent perdu dans son existence. C’est peut-être pour cela que nous avons les religions sur terre. Si elles ne sont pas la « Loi de Dieu », à travers le canal de la prière, elles permettent aux hommes de rester en contact avec lui. La loi mosaïque était un passage transitoire qui annonçait au peuple l’arrivée du Christ.



Le Christ :




 « Ne pensez point que je sois venu détruire la loi ou les prophètes ; je ne suis point venu les détruire, mais les accomplir […] » (Allan Kardec, L’Évangile selon le Spiritisme, chapitre 1, page 17.)



4. Jésus ne vient pas contredire la loi divine ou la remettre en question, il est venu l’enseigner et l’illustrer à travers l’exemple de sa vie. Il lui donne son véritable sens. […] « Aimer Dieu par-dessus toutes choses, et son prochain comme soi-même », et en disant : c’est là toute la loi et les prophètes. […] (Allan Kardec, L’Évangile selon le Spiritisme, chapitre 1, page 20.)



Il l’a appropriée au degré d’avancement moral et […] il est venu apprendre aux hommes que la vraie vie n’est pas sur la terre, mais dans le royaume des cieux ; leur enseigner la voie qui y conduit, les moyens de se réconcilier avec Dieu, et les pressentir sur la marche des choses à venir pour l’accomplissement des destinées humaines. […] (Allan Kardec, L’Évangile selon le Spiritisme, chapitre 1, page 18).



S’il nous a montré par l’exemple l’importance de l’engagement personnel, il ne nous a cependant pas tout dit. Il a parlé de tout, mais en des termes plus ou moins explicites. Pour saisir le sens caché de son enseignement, il a promis d’envoyer le consolateur « l’Esprit de Vérité » pour cela, il fallait que la conscience des hommes ait atteint une certaine maturité, et donner à la science le temps de progresser.



Le spiritisme :




5. Actuellement, les églises se vident, nous constatons une perte d’adhésion aux religions traditionnelles. Celles-ci en fonction des lieux se transmettent de moins en moins aux nouvelles générations, ce qui n’est pas le cas par exemple en Italie, où le culte fait partie de l’héritage familial. Cela veut-il dire qu’il y ait une perte de croyance chez les jeunes ? Absolument pas. Beaucoup, admettent qu’une puissance supérieure soit à l’origine de la création et que la vie se prolonge au-delà de la mort du corps physique.

La société évolue, les hommes, et les mentalités également. Les jeunes et certains adultes sont en recherche d’une spiritualité moins dogmatique et institutionnelle. Même si cela reste encore un sujet tabou, Dieu tient encore une place importance dans le cœur des hommes.

L’homme a besoin de se reconnecter avec sa nature spirituelle et de vivre en accord avec son âme. Il a besoin de donner du sens à sa vie et à ses épreuves.

Le spiritisme en venant compléter l’enseignement de Jésus répond à ces nouvelles orientations spirituelles. Il nous rappelle l’enseignement du Christ dans sa pureté et sa simplicité « Aimer son prochain comme soi-même ».

C’est avant tout une philosophie qui demande un effort personnel, une étude et une transformation morale de l’esprit. À travers ses attitudes et ses remises en question quotidiennes, l’homme évolue vers la perfection. Elle se pratique sans dogme, sans rituel, sans offrande, sans culte, sans représentant hiérarchique. Elle s’adresse à tous les hommes des plus humbles, aux plus grands, c’est le langage universel de l’amour, du libre arbitre, de la justice, de la responsabilité…



6. Dans l’enseignement spirite, nous retrouvons trois aspects : philosophique, scientifique et religieux.

Philosophiquement, il nous invite à une réflexion sur l’univers, la création, la loi de cause à effet, la vie après la mort et le pourquoi de la vie. Nous pourrions résumer cela par la célèbre phrase d’Allan Kardec : « qui sommes-nous, d’où venons-nous et où allons-nous » ?

Scientifiquement, il étudie les phénomènes et les relations qui peuvent être établis avec les Esprits. Il explique : « qu’une foi forte est celle qui peut regarder la raison face à face ».

Dans son aspect religieux, le spiritisme enseigne la croyance en Dieu, la loi d’amour et est basé sur l’enseignement du Christ son guide et modèle.

[…]Le Spiritisme est une doctrine philosophique qui a des conséquences religieuses comme toute philosophie spiritualiste ; par cela même, il touche forcément aux bases fondamentales de toutes les religions : Dieu, l’âme et la vie future ; mais ce n’est point une religion constituée, attendu qu’il n’a ni culte, ni rite, ni temple et que, parmi ses adeptes, aucun n’a pris ni reçu le titre de prêtre ou de grand prêtre. […] (Allan Kardec, Œuvres Posthumes.1ère partie).





625. Quel est le type le plus parfait que Dieu ait offert à l’homme pour lui servir de guide et de modèle ?

« Voyez Jésus. » (Allan Kardec, Le Livre des Esprits).



La plus belle des religions ou des philosophies est celle qui respecte la différence, pratique la charité, la compassion et l’amour de son prochain en reconnaissant dans la nature et l’être humain l’essence de dieu.



M.R

1 Qui est à l’origine des religions ? — 2 Qui était Moïse ? Quelle était sa mission ? — 3 Pourquoi doit-on respecter les religions ? — 4 Qu’est ce que Jésus est venu enseigner aux hommes ? – Que nous a-t-il promis ? 5 Que nous rappelle la philosophie spirite ? — Que nous demande-t-elle ? – 6 Quelles sont les trois aspects de la philosophie spirite ?
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire